Vient de paraître



 « Nous sommes en cette Aquitaine ducale du XIIe siècle, vibrante encore des chansons de Guillaume Le Troubadour, son comte-duc. Nous sommes en ces terres bouillonnantes tenues depuis 1137 par sa petite-fille, la grande Aliénor.
   Entre Bordeaux et Poitiers, Barbezieux se dresse.
  C’est là que s’inscrit et que s’embrase la fabuleuse aventure érotico-poétique d’un autre poète de langue d’oc. L’histoire de l’art troubadouresque le retient sous le nom de Rigaud de Barbezieux. […]
 Le chant de Barbezieux est celui du don total, désespéré, du don à perte. Le chant de Barbezieux est celui d’une douleur sans égale, s’unissant, puisque aucune autre étreinte n’est possible, au souffle entraînant de la mort. Le chant de Barbezieux est celui d’une fascination inquiète et résolue, insondable comme la vraie foi. »
              Extraits de la présentation de Katy Bernard






Les éditions fédérop bénéficient de l'aide

du Conseil Régional d'Aquitaine




du Centre National des Lettres



de l'Institut Ramon LLull



du FILI


Éditions fédérop